précédant
Le style d’U-Thong. En sculpture , date d'avant la fondation d'Ayuthaya et s'est développée dans la plaine centrale. Il tient probablement son nom d’U-Thong dans la province de Suhan Buri. Le roi U-Thong (Ramathibodi 1er) a fait déplacer ses sujets à Ayuthaya. Les statuts du bouddha reflétant des croyances bouddhistes indigènes et certains motifs rappelant l'influence de mer d'un de la première période (U-Thong A). Une évolution relativement rapide eue lieu juste avant l'essor d'Ayuthaya, quand l'influence de la sculpture bouddhique de Sukhothai était flagrante (U-Thong B et C).

Le prang, où tour-reliquaire à multiples facettes en forme d'épis de maïs (Wat Ratchanabura), dérive du Prasat, tour-sanctuaire de l'architecture khmère. Le chedi en forme de cloche de l'époque de Sukhothai est resté une construction courante, et on a ajouté des colonnes à la base de la spire annelées. On a cependant réduit par la suite la taille de la cloche, et on l'a placée sur une base plus haute. Une tendance nouvelle apparaît avec les chedi redentés (Wat Phu Khao Thong), aux angles redentés et au tour-reliquaire en forme de cloche à pans coupés. Les Wihan ont une base concave caractéristique, d'étroites baies et des piliers couronnés par des chapiteaux en forme de fleur de lotus.
Wat Yaïchaimonkol
Art de l’Isan. Outre ses splendides temples khmers, le Nord est à conserver un patrimoine lao. Son digne d'intérêt l'harmonieux that (chedi) laotien, Wat Phra That Si Song Rak, Phra That Phanom, Phra That U-Then, Phra That Renu Nakhon : le simple sim (ubosot) Phra That Kham Khen, Wat Suwannawas, souvent décorée d'un motif de soleil rayonnant, de représentation du bouddha au visage ovale caractéristique, et de délicates sculptures sur bois.
L'influence de Sukhothai resta dominante jusqu'à l'apparition d'une expression propre à Ayuthaya. Celle-ci manquait cependant de brio et de souplesse : les statuts de l'époque ont eu l'expression austère. Au XVIe siècle, lorsque le Cambodge tomba sous la domination d'Ayuthaya, l’art khmer donna une inspiration nouvelle aux artistes. Ils sculptèrent alors des statuts en grès, modelant d'Ealing qui souligne les lèvres et les yeux, et ajoutant le tracé d'une fine moustache.
D'autres objets d'art reflètent la période d'Ayuthaya : stucs, panneaux de portes sculptées (en particulier incrusté de nacre), coffrets à écriture et boîtes contenant des manuscrits sacrés, décorées de peinture délicate d'or sur fond de laque noire.
source: guide Michelin
Wat Ratchanabura
source: bangkokpicture.com
source: guide Michelin
L'alliance d'Ayuthaya avec Chiang Maï explique le succès des statuts du bouddha paré qui apparaissent au XVe siècle. Au début, ces figures étaient décorées modestement, mais par la suite les bouddhas parés vinrent refléter la grandeur des souverains d'Ayuthaya. Les statues colossales soulignent aussi l'importance du royaume. Les statuts de disciples apparaissent, tandis que se perpétuent les représentations majestueuses de divinités hindoues, par exemple de Shiva (musée national, Kamphaeng Phet) de style comparable à l’art khmer du Bayon. Un trésor important trouvé dans la crypte du Wat Ratchaburana, comprenant insignes royaux, images du bouddha et tablettes votives, illustre le remarquable talent artistique des maîtres artisans de l'époque. Les peintures murales découvertes dans la crypte sont parmi les rares survivantes du sac de la ville par les Birmans en 1767. Leur style rappelle l'art de Sukhothai et montrent qu'elles sont l'œuvre d'artistes chinois. On peut en admirer d'autres beaux exemplaires au Wat Yai Suwannaram et au Wat Ko Kaeo Sutharam à Phetchaburi. Les scènes représentent des motifs floraux et des animaux mythiques, peints sur de tons passés de blanc, jaune, rouille et rouge sur fond crème. On s'est servi plus tard de la feuille d'or.
source: guide Michelin
L'art d'Ayuthaya (1350 à 1767). Les descriptions dithyrambiques des visiteurs européens de l'époque ne donnent qu'un aperçu de la munificence d'Ayuthaya, fier de ses nombreux temples étincelants et de ses splendides palais. Le royaume d'Ayuthaya se sentait très proche des traditions culturelles et artistiques héritées de la civilisation khmère, et, son pouvoir s'affirmant, les souverains mirent en avant la notion de roi-dieu et devinrent des personnages sacrés. La splendeur et la dimension des temples étaient autant de témoignages de la puissance royale.

Lévêque Laurent contact@lejardindelolo.fr Copyright 2010 le jardin de lolo tous droits réservés.
suivant géographie La région du Golfe La faune, la flore et l'agriculture Thaïlande citation proverbe dicton du jour histoire De 1782 à 1972 De 1973 à 2006 De 2007 à 2009 économie population Les tribus montagnardes Traits nationaux les arts Le style de Hariphunchai La gloire de Sukhothai L'art d'Ayuthaya Première période Ratanakosin La tradition bouddhiste L'enseignement du Bouddha parcs et zoos pps thèmes Seven météo calendrier perpétuel fonds d'écran vacances mon jardin week-ends voyages accueilToute personne se reconnaissant sur une photo et étant désireux que cette photo n’apparaisse plus sur mon site, me contacter : contact@lejardindelolo.fr
Sukhothai Pimaï Phitsanuloke Lopburi Korat Kanchanaburi Jomtien Damnoen Saduak Chiang Rai Chiang Mai Bangkok Ayuthaya trekking