accueil mon jardin vacances fonds d'écran citation proverbe dicton du jour calendrier perpétuel thèmes Seven pps parcs et zoos trekking voyages météo week-endsLe temps passe vite, pas le temps terminer la rédaction de mes notes. Donc, je mets en ligne chiffres, profils, cartes et photos, le récit viendra ultérieurement. Je dois me mettre à la préparation de mon parcours du mois d’avril, les Rayons cycliste du centre de la France.
Sous mes chaussures SHIMANO, j'enlève les cales en caoutchouc. Je mets les cales métalliques. Comme cela, mes chaussures ne seront pas clipsées de la même manière, mais aussi efficacement que sur mon vélo de route, ainsi je pourrai pousser et tracter lors du pédalage, si cela est nécessaire.
Les années précédentes, je me contenter d’un plateau de 28-38-48 et d’une cassette de 13-15-17-20-23-26-30, pour un développement allant de 7.311 m à 1.848 m. Cette année je vais opter pour un plateau 22-32-42 et une cassette de 13-15-18-22-26-30-34, pour un développement allant de 6.397 à 1.281 m, donc je gagne 0.599 m.
Cette année, je change aussi mes deux porte-bidons. Ceux que je possède sont fermés, donc pas très pratiques et surtout manque de souplesse pour pouvoir enlever et mettre les bidons.
Je change aussi mes poignées de mon guidon. Poignées beaucoup plus ergonomiques, qui possèdent un plat et une petite corne pour pouvoir tirer dans les cols, ce qui offre plus de choix sur la position des mains sur le guidon, un plus sur les routes de montagne. Adapter sa position sur sa monture, pour avoir un maximum d'efficacité. C'est-à-dire, transmettre la puissance des jambes à la route par la chaîne et les pneus. Le tout, avec un maximum de confort et un minimum de fatigue, pour poursuivre l'effort le plus longtemps possible dans la journée et pouvoir répéter ses efforts tous les jours, cette année vingt jours.
Avant de partir, je nettoie parfaitement mon vélo. Je graisse tout ce qui est transmission, je vérifie tous les écrous et vis, en même temps j'en profite pour compléter ma petite caisse à outils (Tupperware). Je démonte, nettoie, et graisse méticuleusement ma béquille, qui est une béquille centrale, fort utile lors de mes nombreux arrêts techniques, photo et autres. Lors du démontage des pieds télescopiques, qui servent à régler la hauteur de la béquille, je casse l’un des deux ressorts et j'ai des difficultés à remettre l'autre en place. Je la règle à la bonne hauteur et la bloque avec du scotch (électrique 3M) en faisant plusieurs tours. Je mets le reste de rouleau dans ma caisse à outils. Je me dis que cela peut servir.
Comme les autres années, je mets une casquette avec rabat à l'arrière, pour protéger le coup du soleil. En Corse, je pense que cela va être une nécessité. Tout le reste de l’année, je mets un casque, pour faire du vélo. En trekking je veux faire du vélo liberté, donc pas de casque. Malgré les nombreux kilomètres de descente que je vais affronter, cette année sur les routes de Corse, qui vont sûrement être en pas très bons états est très sinueuses, avec le risque de rencontrer du gibier à tout moment. Je verrai sur place, mais au niveau vitesse je pense maximum 50 kilomètre-heure ou 55 kilomètre-heure pas plus dans les descentes, suivant la qualité de la route et la visibilité du à la sinuosité de celle-ci. On ne ralentit pas aussi rapidement un vélo de 35 kg qu'un vélo de 8 kg.
J'enlève aussi le tapis de sol (bâche), que je mets entre la toile de tente et le sol pour une protection supplémentaire contre le perçage, là encore je gagne 500 grammes. J'ai pensé, à enlever le duvet 1 kg 200, mais après deux ou trois essais chez moi à l'intérieur de la maison, où je dors en T-shirt et boxer sur le lit, je m'aperçois que dans la nuit je suis réveillé par la fraîcheur et me remet dans les draps. Je me dis que dans la toile de tente l'épaisseur des « murs » n'est pas la même que dans la maison ni l'étanchéité d'ailleurs. Cela risque d'être un peu juste et dormir, essayer de dormir lorsque l'on à froid, ce n'est pas du boulot et surtout c'est un manque de repos qui va se faire ressentir pour les efforts de la journée suivante. Donc je garde le duvet.
Dans mes bagages, cette année, je rajoute aussi de l'éclairage une lampe frontale rechargeable sur USB, qui tient de nombreuses heures avec différentes possibilité et intensité d’éclairage. Pour l'arrière, je mets 2 lampes que l'on peut soit allumer en permanence où mettre en clignotant de couleur blanc ou rouge.
Toute personne se reconnaissant sur une photo et étant désireux que cette photo n’apparaisse plus sur mon site, me contacter : contact@lejardindelolo.fr
Introduction. Cette année, le nouveau défi c'est le dénivelé. C’est sur le vélo que mes efforts se concentrent, une bonne préparation du matériel est primordiale, la chose principale quand ont fait de la montagne c'est le développement, qu'il faut adapter à ses capacités et en l'occurrence au poids du vélo. Sans oublier le pourcentage que l'on va affronter et la longueur des ascensions.
En fin de parcours l'année dernière, dans les Landes j'ai affronté du 10 pour cent sur des côtes de 600 à 700 mètres, c'était le passage des dunes. Je les ai bien passés, mais je voyais bien que sur une plus longue distance, c'est-à-dire l'ascension d'un col jusqu'à 10,12 voire 15 km j'aurai eu de très grosses difficultés pour passer et je n'aurai pas était capable de répété cela de nombreuses fois. C'est pour cette raison que j'ai opté pour le 22 à l'avant, à l'arrière j'aurais bien mis 36, mais cela n'est pas possible sur une cassette de 7 couronnes. Comme je ne voulais pas changer de dérailleur arrière, pour ne pas alourdir le budget matériel de cette année, je vais me contenter de 34.
Pour la roue avant j’achète un pneu SCHWALBE Marathon Plus (je profite d'une promotion sur le site internet cycletyres.fr, 24€ le pneu à la place de 36€) qui à mon avis est le meilleur pneu à l'heure actuelle pour le trekking vélo. L’année dernière, j'ai fait 2400 km avec un SCHWALBE Marathon Plus à l'arrière, à mon retour le pneu était comme neuf. Zéro crevaison à mon actif, ce qui est tout de même fort appréciable, quand on est sur le terrain.
Il reste le parcours à tracer, pour cela je navigue sur Internet. En quelques clics de souris, j'arrive sur une page des cyclos randonneurs Thononais, où est décrite la randonnée des cols corses, 1500 km, 154 cols, 26353 mètres de dénivelé positif. Cela m'interpelle, je regarde la carte du parcours, je constate qu'il fait en majeure partie le tour de l'île, en évitant la plaine au sud de Bastia et fait plusieurs incursions à l'intérieur de l’ile, un parcours idéal. Il me reste plus qu'à sectionner ce parcours en 19 étapes plus ou moins régulières, vis-à-vis du dénivelé et des campings que je vais trouver sur ce parcours, le reste c'est une bonne partie de manivelle.
Voilà, les changements que j'ai faits au niveau vêtements et aussi sur le matériel.
Au niveau vêtement , j'ai fait l'acquisition d'un t-shirt jaune fluo à Décathlon, de ce fait j'enlève le gilet jaune fluo que je m'étais par-dessus mon maillot, ce qui me fait gagner du poids et une épaisseur à mettre obligatoirement la journée pour ma sécurité. Une épaisseur de moins, ça ne va pas être mal cette année, vu la chaleur que je vais sûrement affronter en Corse.
Cette année, je veux vraiment réduire le poids de mes bagages au minimum. Donc, j'enlève le panneau solaire, cela va me faire gagner un kilo, les deux années précédentes, je ne m’en suis pas beaucoup servi, il faudrait le mettre en permanence sur les bagages, choses à réfléchir, ou alors faire des journées de 80 km arriver à 15h maximum est là on peut l'utiliser pendant 3 ou 4h pour refaire le plein électrique et de ce fait être autonome. J'enlève aussi le maillet en caoutchouc pour enfoncer les sardines de la toile de tente, je gagne encore 500 grammes. Je vais faire comme le collègue de l'année dernière et beaucoup d'autres, enfoncer les sardines avec le pied.
Randonnée des cols corses.
Illusion iv dans le port de Bonifacio.
Du côté de la préparation physique, sur le vélo, je me suis plus orienté sur des sorties longues de 130 à 150 km. En salle, depuis 6 mois, 5 jours par semaine, poids et haltères pendant 45 minutes.
Randonnée des cols corses en chiffres. Nombre d’étapes : 20. Moyenne de kilomètres par étape : 85km. Kilomètres total : 1704km. Dénivelé positif moyen par étape : 1564m. Dénivelé positif total : 31271m. Altitude maximum : 1478m. Dépenses totales : 1315.62€. Dépenses moyennes par jour : 52.62€. Nombre de cols : 124. Litres de coca cola : 30.99. Nombre de bananes : 98. Litres de Saint-Yorre : 30.75. Total litres de liquide (boissons) : 81,23. Moyenne de litres par jour (boissons) : 3,25. Nombre de photos : 3059.
Illusion v dans le port de Bonifacio.
Liste de l'équipement ici.
Panorama prit lors de la septième étape.
Lévêque Laurent contact@lejardindelolo.fr Copyright 2010 le jardin de lolo tous droits réservés.
Tous les chiffres ici.
Toute personne se reconnaissant sur une photo et étant désireux que cette photo n’apparaisse plus sur mon site, me contacter : contact@lejardindelolo.fr
accueil week-ends mon jardin vacances fonds d'écran calendrier perpétuel météo thèmes Seven pps parcs et zoos 20 - Bastia - Bastia trekking 4 - Corbara - Calenzana 17 - Venaco - Cervione - Repos - Bastia - Ajaccio - Bastia citation proverbe dicton du jour 2 - Morsiglia - Saint-Florent - Repos Bonifacio 7 - Ajaccio - Evisa 5 - Calenzana - Cargése 3 - Saint-Florent - Corbara 1 - Bastia - Morsiglia - Loreux - Nice - Bastia ETAPES Randonnée des cols Corse 2017 vélo 11 - Petreo-Bicchisano - Zonza 9 - Vivario - Pilat-Canale 18 - Cervione - Lucciana 16 - Serra-Di-Scopamène - Venaco 14 - Bonifacio - Solaro 12 - Zonza - Sarténe 10 - Pilat-Canale - Petreto-Bicchisano - Bastia - Nice - Loreux 19 - Lucciana - Bastia 15 - Solaro - Serra-Di-Scopamène 13 - Sarténe - Bonifacio 8 - Evisa - Vivario 6 - Cargése - Ajaccio Route des grandes Alpes et p'tites routes du soleil 2018 moto voyages